Vous êtes à : Les 12 Comités / 7 comités toulousains / Toulouse Est / TE-activités / Sortie gersoise

14 participants à la sortie de printemps du comité Toulouse Est, le mardi 2 mai 2017. C'est peu si l'on pense qu'elle était ouverte aux membres du comité et conjoints bien sûr, mais aussi aux bureaux de la section et des comités. Le cercle avait dû être élargi à quelques-uns des "gens du voyage", toujours prêts à voir du pays !

Une journée très enrichissante dans le Gers aux confins de la Haute-Garonne. Beaucoup d'entre nous ignoraient l'existence de ces "pépites" à quelques kilomètres...

 

 

Comme une cérémonie commémorative à Balma, le programme comportait trois phases. Quatre en fait.

Un déjeuner au point de rendez-vous, la Bonne Auberge à l'Isle Jourdain, repas et service sympathiques.

Comme nous étions en avance, petite promenade digestive pour voir le "pont Tourné" âgé de 700 ans, ainsi appelé parce qu'au lieu d'être bêtement perpendiculaire à la Save, il est légèrement en biais.

Il faut beaucoup d'imagination pour se remémorer Henri IV et Louis XIV qui l'ont utilisé avant nous.

Puis visite commentée détaillée (deux heures...) du musée campanaire installé dans l'ancienne halle de la ville. Tout sur les cloches, leur fabrication, l'explication de leur son fort complexe : 5 notes principales qui doivent être autant que possible accordées, ceci au moyen du profil que va donner le fondeur, et pour les cloches de carillon, par rectification mécanique. Notre guide était un vrai érudit et ne nous a rien épargné des cloches françaises, mais aussi asiatiques avec leur forme et leur son très particuliers, sans oublier les crécelles, simandres et clarines.

Quelques pièces maîtresses de cette exposition : le carillon de la Bastille, cette horloge miraculeusement récupérée dès juillet 1789, il a échappé à la destruction et serait en état de marche ; puis un "chef d'oeuvre" de compagnon, une horloge astronomique complexe avec personnages mobiles et bien sûr des sonneries.

Parmi les objets curieux, les "cuillères d'Angélus" qui servaient à faire bouger le battant pour faire tinter les coups sans faire bouger la cloche, et les "surjougs", pièces en bois richement décorées et munies de clochettes, qui avaient au départ un rôle utilitaire pour éviter l'usure qu'aurait entraînée le frottement sur du métal.

Vous les retrouverez dans les photos.

 

Ensuite nous avons traversé la place pour visiter la maison de Claude Augé, lexicographe apparenté à la famille Larousse et à l'origine du Petit Larousse illustré.

Sa maison de vacances est richement décorée de vitraux Art Nouveau, dont la fameuse Semeuse, qui a traversé les époques en étant plusieurs fois "relookée" (ça doit maintenant être dans le dictionnaire) notamment un peu déshabillée, puis rhabillée à la demande de lecteurs ou actionnaires aussi prudes qu'imaginatifs.

La maison comporte aussi une belle collection de Larousse de toutes sortes, et des autres oeuvres auxquelles Augé a participé.

 

 

Lien vers les photos.

| + -